Amos Oz, L’écrivain imagine …

Amos Oz – L’écrivain imagine…

L’auteur détourne donc pudiquement les yeux, il choisit une omelette, plus une salade avec un petit pain et un café, tire de son paquet une cigarette qu’il garde sans l’allumer dans a sa main gauche où il appuie sa joue, et prend un air inspiré qui n’impressionne guère la serveuse, laquelle a déjà tourné les talons pour regagner la cuisine.

En attendant sa commande, l’écrivain imagine le premier amour de la serveuse (qu’il décide d’appeler Riki) : à seize ans, elle s’était amourachée du gardien de but remplaçant des Bnei Yehouda, le club de football, un certain Charlie qui, débarquant par un jour pluvieux à l’institut de de beauté où elle travaillait, l’avait enlevée dans sa Lancia pour une escapade de trois jours dans un hôtel à Eilat (dont son oncle était l’associé du propriétaire)…

Amos Oz – Vie et mort en quatre rimes (2008) (page 11) – (Éditions Gallimard).

Source: Wikipedia – Portail Littérature

Publicités